Bandeau
Terr’Eau : assainissement écologique | toilettes sèches | compost | eaux ménagères
Nourrir la terre, préserver l’eau

Informations sur les toilettes sèches, à compost et à séparation, le compostage, la pédo-épuration et la phyto-épuration.

Forum Kyoto et toilettes sèches

3° forum sur l’eau à Kyoto du 16 au 23 mars 2003, un journaliste nous livre le point de vue de scientifiques internationaux sur l’assainissemnt écologique mis en paralèlle avec le couple WC-tout à l’égout

Article mis en ligne le 14 mai 2009
dernière modification le 16 décembre 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Un article tiré de NewScientifist.com écrit par le journaliste Fred Pearce pendant le forum de Kyoto et traduit par Pierre Besse.

Retrouver ce texte quelques années plus tard me donne le vertige, diable comme il faut du temps pour que les modes de pensée évoluent et à quelle allure d’escargot.
D’ailleurs en lisant l’article, en regardant sur la toile et même dans la rue, sommes nous en mesure de croire qu’il y a possibilité d’évolution, je veux dire évolution vers un quelconque avenir, sans même parler d’avenir durable ?

Un siècle et demi de passage par le tout à l’égout (même un peu plus si l’on pense à la toilette à terre de l’anglais Thomas Swiburne sur laquelle il avait déposé une licence en 1836) pour que ...Michael Rouse, l’inspecteur en chef pour l’eau potable du Royaume Uni en 2003, annonce que si la Grande Bretagne devait refaire son système de gestion des déchets à partir de zéro aujourd’hui, « on n’adopterait pas la chasse d’eau, on collecterait les solides pour les composter »... mais justement comme « ils » ne sont pas obligés « ils » ne vont rien changer !

Et eux si « nous » les laissons faire « ils » n’ont aucune raison de se priver...le forum est dominé par les industriels de l’eau qui réclament des investissements lourds dans de grands projets d’infrastructures... [1]

Allez je vous laisse découvrir l’article en question.

Les toilettes sèches, clé de l’assainissement mondial, disent les scientifiques

Donner des systèmes étendus de tout à l’égout aux communautés des pays en développement pourrait être un désastre pour elles et leur environnement, disent des scientifiques de l’assainissement au Forum Mondial de l’Eau à Kyoto, Japon. Leur avis est un défi à l’objectif des Nations Unies, de raccorder plus d’un milliard de personnes au tout à l’égout dans la prochaine décade.
Les délégués des gouvernements et les experts de l’eau se rencontrent pour élaborer des plans en vue d’atteindre l’objectif des Nations Unies de réduire de moitié le nombre de personnes dans le monde qui manquent d’eau de boisson propre et d’assainissement moderne d’ici 2015 [2]. Compte tenu de la croissance de la population, cela signifie [3] raccorder 400 000 personnes par jour pendant les 12 prochaines années.
Mais les scientifiques présents au forum ont dit que d’installer des systèmes conventionnels de tout à l’égout qui se vident dans les rivières, plutôt que de résoudre un problème, pourrait provoquer un désastre au niveau de la santé publique. Ils préfèrent recycler les déchets des villages et des quartiers pauvres des villes pour fertiliser les champs.
« Les systèmes conventionnels de tout à l’égout ne sont tout simplement pas la bonne réponse », a dit Bengt Johansson, de l’Agence Suédoise Internationale pour le Développement. « Ils coûtent cher ; ils polluent les rivières ; ils utilisent beaucoup d’eau pour les chasses qui pourrait servir à la boisson ; et ils privent les sols agricoles des nutriments contenus dans les déchets ».
Le Programme des Nations Unies pour le Développement est du même avis. « Aucun de ceux qui planifient ces systèmes ne songe à la pollution », a dit un orateur.

Compostage

La solution, ont dit les experts de l’agence d’aide, est « l’assainissement Écologique », ou EcoSan, qui met en œuvre le compostage, est bon marché, économe en eau et non polluant. « Ce n’est pas un second choix » a dit Johansson, « j’ai un système EcoSan dans ma maison d’été en dehors de Stockholm, il marche très bien ».
Et Michael Rouse, depuis peu nommé par le Royaume Uni inspecteur en chef pour l’eau potable, disait récemment que si la Grande Bretagne devait refaire son système de gestion des déchets à partir de zéro aujourd’hui, « on n’adopterait pas la chasse d’eau, on collecterait les solides pour les composter ».

La Japan Toilet Association montre des exemples de technologies EcoSan ici-même. Il y a des toilettes qui stockent et compostent le déchet, des systèmes collectifs qui séparent l’urine, les fèces et l’eau de rinçage et les recyclent séparément, en irrigation et fertilisation. D’autres encore fermentent le déchet pour faire du biogaz, utilisé pour la cuisine.
Mais en dépit de l’abondance des technologies innovantes pour la prise en charge des déchets et l’approvisionnement en eau, le forum est dominé par les industriels de l’eau qui réclament des investissements lourds dans de grands projets d’infrastructures.
En plus de grands projets de tout à l’égout, ils militent pour le retour à la construction de grands barrages, ce qui est assurément sujet à controverse. Beaucoup de ces projets ont été bloqués depuis le moratoire que la Banque Mondiale à imposé au milieu des années 90, mais ce moratoire a été levé en février.

Fred Pearce, Kyoto-traduction Pierre Besse, Toulouse

Notes :

[1ndr : les parties en italique sont extraites de l’article ci dessous avec une petite modification de forme mais sans modification de sens, vous pouvez vérifier

[26 ans plus tard et donc à mi-chemin, nous sommes loin d’approcher l’objectif,on peut même observer un phénomène inverse !

[3les passages suivants mis en gras le sont sous la seule resposabilité du rédacteur

L’agenda de Terr’Eau

avril 2017 :

Rien pour ce mois

mars 2017 | mai 2017

Pas d'évènements à venir

Inscrivez-vous

Pour recevoir quelque fois par an
la lettre « Qu’on poste »



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.34