Bandeau
Terr’Eau : assainissement écologique | toilettes sèches | compost | eaux ménagères
Nourrir la terre, préserver l’eau

Informations sur les toilettes sèches, à compost et à séparation, le compostage, la pédo-épuration et la phyto-épuration.

Toilettes à double chambre
Article mis en ligne le 24 avril 2010
dernière modification le 28 janvier 2016
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Article mis à jour le 10 décembre 2013

« Nous avons choisi d’utiliser des Toilettes à Litière Biomaîtrisée (plus ou moins). Nous les appelons plus facilement TLB. Et comme je suis TRÈS paresseuse et que je refuse catégoriquement de devoir vider un sceau tous les x jours, on a adopté les cuves de compostage. »

C’est ainsi que nous entrons dans le vif du sujet avec ce blog descriptif, technique et bien imagé, la problématique du seau à vider parfois plusieurs fois par semaine est récurrente et en décourage plus d’un.

Les précisions du chipoteur : en France, le principe de toilette sèche très répandu, que l’on nomme généralement TLB, est celui développé par Joseph Országh qui précise “ … la capacité du réservoir ne peut guère dépasser le volume d’une semaine de « production ». ...”
Cela n’enlève rien à l’intérêt de ce blog mais le modèle présenté serait plutôt de la famille dit « à double chambre de compostage » encore appelé « double voûte ».

Une suggestion : dans cette réalisation les chambres sont construites en parpaing et la dalle en béton, ce n’est sans doute pas une obligation. D’autres matériaux peuvent être mis en œuvre, pour exemple les chambres des toilettes traditionnelles de Djenné, au Mali, ou de la vallée du Draâ, au Maroc, qui sont en adobe ou en pisé et ont plusieurs siècles de service, avec cependant des principes de fonctionnement différents. À étudier...

Une chambre de dimension importante sous le siège de la toilette permet la vidange du résidu à périodicité de 3 mois à 12 mois suivant le volume de la chambre et le nombre d’utilisateurs.

Avec une toilette à double voûte il n’y a aucune manipulation de matière fraîche, les chambres travaillent en alternance d’utilisation et de repos. La gestion consiste à sortir le résidu composté et hygiénisé à périodicité annuelle après la fin de la deuxième année.
Si nous construisons un toilette à simple voûte il suffira de la vider sur un composteur-relais où sera complété le processus d’hygiénisation.

Le principe de fonctionnement sur chambre est encore mal connu en France et peu répandu. C’est dommage, lorsqu’il est pensé dès la conception de l’habitat il peut parfaitement être réalisé à l’intérieur de la maison et permettrait sans doute à un plus grand nombre d’adopter les toilettes sèches.

Quel que soit le système mis en place le produit fini, suffisamment composté et hygiénisé, peut être introduit dans le cycle de la terre en arboriculture, horticulture ou agriculture.

À chacun de décider en fonction de sa philosophie, de ses idées et ses croyances !


L’agenda de Terr’Eau

Pas d'évènements à venir

Inscrivez-vous

Pour recevoir quelque fois par an
la lettre « Qu’on poste »



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14